Vous êtes ici : Accueil > Laboratoires > Laboratoire d'Exploration Fonctionnelle des Génomes - LEFG

Laboratoire d'Exploration Fonctionnelle des Génomes - LEFG

Publié le 31 mars 2015
​​​​​Le laboratoire d'exploration fonctionnelle des génomes (LEFG) intégré au sein de l'institut de radiobiologie cellulaire et moléculaire (IRCM), au CEA, est installé à Evry, au Génopole. Ses travaux portent sur la génomique fonctionnelle à vocation translationnelle, la postgénétique et les biothérapies. Il contribue ainsi à l'identification de nouvelles cibles thérapeutiques et de bio marqueurs permettant de suivre l'évolution de certaines pathologies en particulier des cancers.

La recherche menée au LEFG s'articule autour de 2 grands axes :

  • l'identification d'ARN interférents avec des altérations oncogéniques,
  • l'étude de mécanisme de résistance aux molécules anticancéreuses.

Grâce à notre capacité à interroger efficacement l'ensemble des gènes humains ou de mammifères, notre travail s'inscrit dans une démarche d'analyse des processus d'oncogenèse afin de proposer de nouvelles pistes thérapeutiques.​

Gazin C.jpg

Claude GAZIN

Responsable du Laboratoire
Tél : +33 (0)1 60 87 34 75
Fax : +33 ​(0)1 60 87 34 98
claude.gazin​@cea.fr

CEA EVRY
Genopole Campus 2
2 rue Gaston Crémieux
CP 5722
F-91057 EVRY Cedex
​​Identification d'ARN interférents avec des altérations oncogéniques

L'identification d'ARNs interférents synthétiquement létaux, avec des altéra​tions oncogéniques récurrentes (p53, Kras, Nras, BRCA1, voies Ras et Fanconi...) ou avec des molécules anti cancéreuses dites « ciblées », apporte un éclairage sur la reprogrammation des cellules humaines par des événements oncogéniques.

Des couples de cellules isogéniques humaines, différant par une altération oncogénique unique, sont criblés en parallèle à l'aide d'une population d'ARNs interférents ciblant l'ensemble des gènes humains.

Les ARNs interférents, inhibant spécifiquement les cellules porteuses de l'altération oncogénique étudiée, sont identifiés et validés dans nos modèles puis leur mode d'action est investigué. Leur potentiel en médecine est évalué en collaboration avec des cliniciens. Ces études fournissent de nouvelles pistes thérapeutiques.

​​​ Mécanismes de résistances aux molécules anti-cancéreuses.

Les monothérapies  guidées par la connaissance préalable des altérations génomiques spécifiques aux cellules cancéreuses, sont généralement sujettes à un échappement thérapeutique lié au développement de résistances par mutation de la cible ou d'autres gènes.

Nous étudions actuellement les résistances aux inhibiteurs de PARP1 dans les cellules déficientes en BRCA1 ainsi que les résistances au Vemurafenib et  au Selumetinib dans le cadre du mélanome.

Collaborations internationales
  • University of Massachusetts Medical School, Program in Gene Function and Expression, Howard Hughes Medical Institute (Michael Green).
  • Program in Gene Function and Expression, UMass Med (Pr. Michael Green, Pr. Julie Zhu).
Collaborations nationales​​​
  • CNS (Jean Weissenbach)​.
  • IGH, Montpellier (Hervé Seitz).
  • Laboratoire Nationale de Référence de La Maladie de Fanconi (Pr Jean Soulier-IUH, Paris).
  • iBiTec-S (M. Werner).
  • Institut Curie et IRCM (M. Amor-Guéret, X. Veaute).​

​